29 janvier 2015

Lecture commune : Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Bonjour à vous chers lecteurs, aujourd'hui c'est un article un peu spécial puisque ce n'est pas Chibi qui en est la rédactrice. Je me présente, je m'appelle Hortense et Chibi m'a laissé les clés de la maison à l'occasion d'une lecture commune qui nous a occupées ces dernières semaines. Il s'agit du livre "Des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes, publié en 1966. 

Chibi et moi avons donc testé pour la première fois la lecture commune et je dois dire que c'est une expérience assez enrichissante. Personnellement, je ne partage mes lectures qu'à travers mon blog sans jamais trop en parler à mon entourage qui lit très peu. Lire un livre en même temps que quelqu'un et échanger à son propos est un autre moyen d'apprécier ce qu'on lit. Cette lecture commune m'a donné l'envie d'aller plus au fond des choses pour rendre la discussion avec Chibi plus profonde qu'un simple "ouais c'est cool allez on continue !"
Bref, trêve de bavardage, passons à la littérature pure et simple et à ce que j'ai pu penser de cette lecture. Pour avoir l'avis de Chibi, c'est très facile, il vous suffira de faire un petit tour sur l'article qu'elle a rédigé sur mon propre blog (logique, non ?)


Alors, "Des fleurs pour Algernon", de quoi ça parle ? 

Algernon est une petite souris de laboratoire dont la particularité est de répondre positivement aux recherches du professeur Nemur et du docteur Strauss en matière d'intelligence. Les deux chercheurs ont enfin trouvé un moyen de décupler les capacités intellectuelles à travers une opération chirurgicale. Fort de cette réussite et grâce à l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, ils décident donc de faire le premier test sur un cerveau humain et c'est Charlie Gordon, un simple d'esprit qui travaille dans une boulangerie, qui se porte volontaire.


L'histoire est racontée à travers les yeux de Charlie Gordon, ou plus exactement à travers ses mots. Tout le roman est constitué des notes qu'il doit prendre à la demande des deux chercheurs. Ces comptes rendus sont là pour servir à évaluer ses ressentis, ses émotions et son évolution à travers tout le processus expérimental.

Dès les toutes premières lignes je me suis immédiatement attachée à ce personnage. Je pense qu'il est tout simplement impossible de ne pas éprouver d'empathie pour Charlie tant ce personnage est touchant et attachant. Cette empathie ne m'a pas quittée de toute ma lecture malgré l'évolution de Charlie qui fait ressortir chez lui des traits de caractère plus sombres.
C'est un personnage qui se porte volontaire car le fait de devenir intelligent est pour lui une occasion de mieux s'intégrer dans le monde dans lequel il vit et de devenir enfin l'enfant que sa mère souhaitait avoir. Charlie n'est plus en contact avec sa famille depuis des années. Il a vécu une enfance difficile entre une mère toxique, désireuse d'avoir un enfant normal, une petite soeur malveillante et un père plutôt effacé. C'est avec ce bagage affectif que Charlie doit se démener tous les jours.
Après l'opération son évolution intellectuelle s'observe peu à peu dans sa rédaction et sa réflexion. Charlie ne fait plus de faute d'orthographe, utilise des mots savants, fait de belle tournures de phrases, utilise la ponctuation de manière appropriée. Il devient peu à peu plus savant que les chercheurs qui l'ont opéré au point même d'en venir à mener ses propres recherches scientifiques.

L'évolution de Charlie s'observe par un style d'écriture remarquable. J'ai été époustouflé par le talent de l'auteur a aussi bien retranscrit le chemin de pensée d'une personne simple d'esprit, puis son évolution vers des sommets d'intelligence. L'exercice de style est assez difficile et je me suis vraiment laissée prendre par l'écriture de l'auteur, qui rend à la perfection les sentiments de Charlie. L'immersion et l'identification avec ce personnage a été immédiate et très intense.

Mais avec cette progression vient un certain revers de la médaille que je ne détaillerai pas ici pour ne pas spoiler le reste de l'histoire. Charlie va connaître les joies et les désillusions de son intelligence. Son rapport avec le monde extérieur va changer et pas toujours comme il le souhaiterait. Avec l'intelligence vient la conscience que le monde qu'il connaît depuis toujours n'est pas celui qu'il pensait. Charlie est confronté au regard de ses collègues pas toujours bienveillants à son égard, aux chercheurs assez peu empathiques. C'est un personnage qui a une immaturité relationnelle très prononcée et qui ne sait pas comment agir de manière adaptée avec les gens qui l'entourent. Cette faculté assez propre aux gens surdoués va créer chez lui un certain isolement car personne n'arrive à préparer Charlie à ce qui va suivre après l'augmentation de ses facultés intellectuelles.

Charlie va devoir faire face à des sentiments nouveaux et inconnus qui s'accompagnent d'angoisses terribles liées à son enfance difficile. Beaucoup de péripéties vont s'enchaîner et tout du long j'ai ressentis beaucoup d'empathie et de peine pour se personnage qui a tant de mal à tirer son épingle du jeu.
La petite souris Algernon est bien évidemment un personnage clé de ce livre, au départ vue comme une ennemie par Charlie, il va très vite s'attacher à ce petit personnage avec qui il a tant de points en commun.

Mais "des Fleurs pour Algernon" est avant tout une grande critique sur l'expérimentation scientifique. Jusqu'où peut on aller ? Quelles sont les failles de l'expérimentation, du traitement des "cobayes" avant, pendant et après la recherche ? Chacun y trouvera son lot de questions et de réponses. Personnellement ce bouquin m'a passionnée pour ça. Le sujet de l'intelligence fascine année après année, on en entend parler dans tous les domaines scientifiques, notamment en robotique. C'est un domaine qui a su nourrir aussi l'imagination de beaucoup d'auteurs, de réalisateurs, d'artistes en tout genre. Daniel Keyes fait partie des précurseurs et des incontournables dans ce genre de littérature.


En bref :

Ca a été une très bonne lecture, malgré quelques longueurs c'est un classique de la littérature qui est très plaisant à lire. Une lecture très touchante pour un personnage très profondément disséqué par l'auteur et une reflexion aboutie sur la recherche scientifique.


Voila, je vous laisse là, ça a été un plaisir de partager ici ma chronique sur ce bouquin. Je laisse de nouveau le blog à Chibi qui va revenir très vite avec ses propres articles !



Retrouvez Hortense sur son blog: La Fée Gaffe & sur Hellocoton et Twitter pour ne rien louper !
Et retrouvez ma chronique sur son blog en cliquant juste ici

4 commentaires:

  1. Bonjour Hortense,
    Ce livre a l'air vraiment très intéressant :) J'aime lorsque l'on ressent des émotions envers les personnages, qu'on s'y attache. Le fait que l'écriture évolue avec le personnage m'intéresse aussi beaucoup. Je le met sur ma liste de livres à lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture fait partie des choses qui m'ont le plus marquées dans ce livre, j'espère que tu ne regretteras pas ton achat :)

      Supprimer
  2. Je l'avais eu à lire en 5e.... et la petite fille très petite fille que j'étais encore à 13 ans n'avait pas trop aimé. Disons que j'avais trouvé ça dur!
    Je pense que j'aurais une réaction différentes aujourd'hui...on était peut-être un peu jeunes à l'époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi le syndrome du "c'est l'école qui me demande de lire un livre, alors le livre est forcément nul" qui doit concerner pas mal de monde lors de sa scolarité ! Mais oui on a forcément un autre regard selon l'âge, je pense que je n'aurais pas dit la même chose si je l'avais lu avant de commencer mes études par exemple.

      Supprimer

Pour me donner votre avis, réagir, contester, brailler, m'envoyer des bisous, des câlins, des cailloux, c'est par ici ↓ ↓

PS: Si tu veux savoir si j'ai répondu à ton commentaire, clique sur "m'informer" en bas du cadre =)